Programme 2020-2021

Séance du 28 novembre 2020–  Sorbonne (Zoom), 9h30-12h

Élisabeth Russo, assistante d’Antoine Compagnon (Collège de France) ; sujet de thèse, sous la dir. de Jean-François Louette : « Le premier sexe chez les romancières françaises des années quarante et cinquante (Beauvoir, Duras et aliae) ».

« Sartre, premier sexe des lettres dans les années quarante et cinquante ? »

Étudier le premier sexe chez les romancières françaises des années 1940 et 1950 ne conduit pas seulement à s’interroger sur la représentation de la virilité dans les œuvres d’un corpus donné (Beauvoir, Duras, Leduc, Beck, Rolin, etc.) en en questionnant tous les aspects : types de pouvoir, homosocialité et exclusion des femmes, linguistique particulière. L’expression « premier sexe », qui renvoie à l’essai de Beauvoir paru en 1949, pose aussi la question du mythe sur le plan sociologique et philosophique ainsi qu’à l’échelle historique, dans une période climatérique s’il en est, tant sur le plan de la masculinité agressive – que les totalitarismes ont favorisée – que sur celui du roman. Crise du genre romanesque et crise du genre ? La femme auteur s’empare-t-elle de la modernité, littéraire et sociale, en adoptant le style viril – autre nom pour désigner la manière des romanciers américains ? S’émancipe-t-elle de sa condition, de femme et d’écrivaine, en adoptant le roman objectif, consistant à montrer et non dire, de telle sorte qu’elle puisse aborder toutes les déclinaisons de la virilité, comme réalité mais aussi comme fiction ?

Pauline Flepp achève sa thèse sur l’œuvre de Francis Ponge sous la dir. de Didier Alexandre : « Francis Ponge, entre singularité et appartenance : compte-tenu des autres et partis pris littéraires » ; soutenance le 7 décembre 2020.

La tension entre singularité et appartenance peut caractériser l’ensemble de la trajectoire de Francis Ponge. Tension sans cesse recomposée, d’un bout à l’autre de son œuvre, et également de sa vie, entre le primat individuel et le primat collectif, entre désirs d’indépendance et compte tenu des autres. Qui sont ces « autres » ? J’ai voulu, dans mon travail de thèse, ne négliger aucun des faits interactifs qui font un écrivain et un auteur, qu’ils soient de nature institutionnelle, éditoriale, sociale, économique, politique, amicale ou familiale. Il s’agissait également de voir comment Ponge se situe dans le temps long de la littérature (passée et à venir) et dans son histoire présente. Il y a la vie littéraire et ses acteurs ; il y a l’histoire des lettres et ses figures illustres, de Malherbe à Mallarmé ; enfin, il y a la république des lettres que Ponge aspire à fonder, toute son œuvre étant traversée par une réflexion sur le commun et sur le rôle social de la poésie. En adoptant une perspective diachronique, j’ai tendu à montrer que les stratégies d’écriture de Ponge ainsi que les modulations distinctes de sa voix à travers le temps sont intimement liées à sa place dans la communauté et à sa conception de la communauté qu’il estime être appelé à servir.

Séance du 6 mars 2021 – Sorbonne (Zoom), 9h15-12h

9h-10h : Séance d’échanges informels avec les enseignants-chercheurs de l’équipe sur les difficultés (pratiques, méthodologiques, théoriques) que vous rencontrez – Votre identité numérique de chercheur (séance animée par Servanne Monjour)

10h-11h : Daria Kharlamova, doctorante en 7e année sous la direction de Bernard Vouilloux ; sujet de thèse : « Le Nouveau Roman comme roman de l’étrangéisation » ; soutenance prévue pour la session d’été 2020.

« L’étrangéisation et ses voies dans le monde. Alain Robbe-Grillet, Claude Simon : le monde en voie d’étrangéisation ? »

Ma thèse est une tentative d’étude de la poétique des œuvres d’Alain Robbe-Grillet et de Claude Simon à la lumière de la notion d’étrangéisation (ostranienie). Avancée en 1917 par un théoricien du formalisme russe Viktor Chklovski dans son article « L’art comme procédé », cette notion trouve de nombreux échos dans les champs de la phénoménologie, de l’anthropologie et de l’esthétique. Bien que le texte de Chklovski ne soit traduit en français que tardivement (par Tzvetan Todorov dans Théorie de la littérature), il semble possible de repérer les traces de son influence sur le paysage culturel dans lequel Simon et Robbe-Grillet forment leur vision. Mon travail poursuit donc un double objectif : il s’agit, d’une part, de retracer la genèse et les voies qu’emprunte la notion d’étrangéisation pour réapparaître dans les idées phénoménologiques et structuralistes auxquelles les deux écrivains ont été exposés dans la période de l’après-guerre, tout en proposant, d’autre part, une nouvelle interprétation des textes étudiés.

11h-12h : Violaine Vielmas, doctorante en 2e année sous la codirection de Françoise Simonet-Tenant (Université de Rouen) et de Florence Naugrette (Sorbonne Université). Sujet de thèse : « Jean Vilar écrivain : de la correspondance artistique à l’autobiographie professionnelle ».

« Jean Vilar, écrivain de lui-même : réflexions sur la notion d’autobiographie professionnelle »

Ma thèse porte sur les écritures de soi de Jean Vilar entre 1951 (nomination à la direction du T.N.P.) et 1971 (année de sa mort) : correspondance artistique, journal de bord et roman autobiographique. Ma démarche consiste à croiser les analyses génétique et littéraire pour observer la manière dont l’homme de théâtre construit, au fil des réécritures, une image plus avantageuse de lui-même. Une mythologie personnelle, placée sous le signe du travail, se met en place au cours de ces vingt années d’écriture et d’archivage de soi. Les outils de travail que sont le journal de bord et la correspondance artistique, marqués par une rhétorique judiciaire, glissent au fil des corrections vers un plaidoyer pro domo à l’origine d’une poétique de la justification. Ce regard rétrospectif de Vilar sur ses écrits fonde un geste mémoriel que je tente de définir à travers la notion d’autobiographie professionnelle.

Séance du 22 mai 2021 – Sorbonne (Zoom), 9h-12h

9h-10h : Séance d’échanges informels avec les enseignants-chercheurs de l’équipe sur les difficultés (pratiques, méthodologiques, théoriques) que vous rencontrez – Quel équilibre entre la thèse et les travaux complémentaires – séminaires, journées d’étude, publication d’articles ou de numéros de revue… ? (séance animée par Jean-François Louette)

10h-11h : Esther Demoulin, ATER (Sorbonne Université) ; doctorante en quatrième année sous la direction de Jean-François Louette ; sujet de thèse : « Sartre et Beauvoir, formes d’une entre-écriture ». Soutenance prévue en 2021.

« Sartre et Beauvoir, un couple de célibataires en littérature » 

Dans le cadre de cette thèse, consacrée à l’étude du fonctionnement de la relation littéraire entre Beauvoir et Sartre via l’ensemble de leur corpus romanesque, dramatique et autobiographique, s’est très vite posée la question de la définition du couple littéraire, notion floue et relativement impensée par la critique littéraire. En effet, qu’est-ce qu’un « couple d’écrivains » ? Deux écrivains s’aidant mutuellement sans partager de liens affectifs et/ou sexuels forment-ils un « couple d’écrivains » ? Inversement, deux auteurs engagés dans une relation amoureuse sans que cette relation n’ait de conséquence sur leur travail littéraire pourraient-ils être qualifiés comme tel ? Nous tenterons dans un premier temps de proposer une définition de la notion, avant de nous intéresser à la spécificité du couple littéraire formé par Beauvoir et Sartre.

11h-12h : Pierre Damamme, doctorant en 4e année, ATER à Sorbonne Université ; thèse sous la direction de Jean-François Louette : « Henry de Montherlant contre la décadence ».

« Je me suis trouvé comme tous les autres écrivains contemporains devant un fait écrasant : la décadence », constate Pierre Drieu la Rochelle dans la préface de Gilles (1939). Après 1918, l’idée de décadence s’impose en effet dans les esprits. La crise des valeurs au lendemain de la Grande Guerre conduit à s’interroger sur le destin de la civilisation. Moins obsédé que Drieu par la question de la décadence, Montherlant s’y montre néanmoins sensible lui aussi. L’étude de la décadence offre ainsi la possibilité de réévaluer l’ensemble d’une œuvre aujourd’hui quelque peu délaissée en interrogeant les mythes sur lesquels elle repose, mais aussi les représentations ou les types de discours auxquels elle donne lieu et la philosophie qui la sous-tend tout en permettant de replacer son auteur dans son siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.