Programme 2019-2020

Séance du 29 février 2020 –  Sorbonne (Salle G366), 9h30-12h

Aurélien d’Avout, ATER (Université Paris Nanterre – Pôle Métiers du Livre) ; doctorant en 4e année sous la direction de Jean-Louis Jeannelle et de Françoise Simonet-Tenant (Université de Rouen) ; sujet de thèse : « Un territoire en suspens. Géographie littéraire de la France dans les récits de l’exode et de la débâcle (1940) »

« Quelles catégories d’analyse pour une lecture géographique des textes ? »

Cette thèse entend étudier les représentations littéraires du territoire français relatives à une période de crise profonde dans l’histoire de la France contemporaine : la défaite de 1940. Le corpus se compose de textes à la fois fictionnels et non-fictionnels, émanant d’auteurs reconnus (Simon, Gracq, Aragon, Saint-Exupéry, de Gaulle, Vialatte…) ou plus confidentiels. Les différentes œuvres font l’objet d’une lecture qui s’inscrit dans le champ de la géographie littéraire et permet de reconsidérer la poétique du récit de guerre.

 

Dorian Manier, thèse soutenue le 4 décembre 2019, sous la direction de Bernard Vouilloux : « L’œuvre, le temps, la vie, dans les écrits de Gaëtan Picon »

« Gaëtan Picon, l’œuvre pour sujet : définitions et problèmes »

Le problème de l’œuvre, plastique et littéraire, est peut-être le seul que tous les textes de Gaëtan Picon, malgré leurs différences de forme et d’objet, abordent. Adoptant plusieurs perspectives d’interprétation afin de saisir au mieux l’expérience de l’œuvre, sa signification et son origine, Gaëtan Picon est l’auteur d’une pensée ouverte et fragmentée qui, en marge des écoles en vogue dans les années 1960, permet de mieux comprendre son importance particulière, son efficacité dans son histoire, dans la nôtre et dans l’art.

Séance du 6 juin 2020 – Sorbonne (Jitsi), 10h-12h

Ce séminaire se déroulera sous la forme d’une séance collective au cours de laquelle des doctorant.e.s et des enseignants-chercheurs proposeront un compte rendu d’ouvrage récent. Les interventions, d’une dizaine de minutes, seront suivies d’un échange avec les intervenants (une dizaine de minutes également).

10h-10h15. Ouverture.

10h15-10h35. Servanne Monjour : Pascal Mougin, Moderne/Contemporain, Les Presses du réel, 2019.

10h35-10h55. Maxime Berges : Dominique Rabaté, Petite Physique du roman (des années 1930 à aujourd’hui), Paris, José Corti, coll. « Les Essais », 2019.

10h55-11h15. Élisabeth RussoFemmes et littérature, sous la direction de Martine Reid, Gallimard, 2020.

11h15-11h35. Jean-Louis JeannelleHandbook of Autobiography/Autofiction, dir. Martina Wagner-Egelhaaf, de Gruyter, 2018.

11h15-12h. Frank LestringantBribes d’îles : La littérature en archipel de Benedetto Bordone à Nicolas Bouvier, Classiques Garnier, 2020.

12h. Clôture de la séance (la “salle virtuelle” pourra néanmoins demeurer ouverte pour des échanges informels).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.