Programme 2021-2022

Séminaire des doctorants en littérature du XXe-XXIe siècle de Sorbonne Université – 2021-2022

Ce séminaire permet à tous les étudiants qui font actuellement ou ont fait dans le passé récent leur thèse en littérature du xxe-xxie siècle au sein de Sorbonne Université de se retrouver afin de discuter de leurs travaux en cours, de nouer des liens de travail étroits, d’échanger sur des questions de méthodologie ou de théorie précises, et de rencontrer les directeurs de recherche de notre équipe.

Les séances s’organisent en deux étapes : une première où quelques doctorants exposent les difficultés rencontrées sur un point méthodologique choisi, afin d’amorcer une discussion dans laquelle chacun est invité à s’investir afin que nous puissions aborder librement des problèmes que tout doctorant rencontre au moment de la constitution du corpus, dans le choix d’une approche théorique, ou lors de la rédaction finale, par exemple. Dans la deuxième partie, l’un des doctorants de notre équipe, proche de l’aboutissement, présente son travail en trois-quarts d’heure, en s’attachant aux points théoriques ou méthodologiques les plus saillants. La discussion qui suit doit être l’occasion d’aborder également des points d’ordre institutionnel (organisation pratique du travail, recours à des outils documentaires, recherche de financements, publication d’articles…).

 

Samedi 9 octobre, 9h30 – 12h – Bibliothèque Georges Ascoli

Point méthodologique (1h) : la constitution du corpus et du sujet – enjeux de problématisation, Selina Follonier, Maxime Berges et Myriam Thibault.

Pamela Krause, doctorante en 4e année sous la direction de Christian Doumet en co-tutelle avec l’Université catholique du Louvain (département de philosophie) ; sujet de thèse : « L’éloge au xxe siècle ou la douloureuse fabrique du monde » (soutenance prévue : 2022).

« Penser l’éloge dans la poésie du xxe siècle : une philosophie de l’être, de l’événement, du monde »

Ma thèse vise à examiner l’éloge d’un point de vue philosophique, et prouver qu’il s’agit d’une parole qui concerne d’abord la mise en présence d’un objet de discours : il s’agit d’une parole affirmative de l’être, anti-nihiliste ; ainsi, une étude de l’éloge grec pindarique et judéo-chrétien (psalmique) nous permet-elle de confirmer cette intuition. L’éloge affirme l’heureuse bonté d’un monde organisé, cohérent, intelligible, réussissant à suturer la multiplicité en vertu de l’épistémologie en vogue à l’époque. Dans ce contexte, étudier l’éloge au xxe (grâce à Saint-John Perse, Francis Ponge et Paul Claudel) nous permet d’envisager en quoi l’éloge livre une restitution heureuse d’un monde pourtant fissuré par le nihilisme et l’abandon de tout modèle systématique.

 

Samedi 20 novembre, 9h30-12h – Salle G366

Point méthodologique (1h) : les approches théoriques et les enjeux épistémologiques – Marie Lecrosnier-Wittkowski et Théo Millot

Rémi Furlanetto, doctorant en 6e année sous la direction de Michel Jarrety ; sujet de thèse : « Égotisme et écritures de soi dans l’œuvre de Paul Valéry » (soutenance prévue : 2022).

« Valéry égotiste : de l’affirmation du Moi à l’écriture de soi »

Tout en formulant des critiques radicales à l’encontre de l’écriture de soi, dans son « Stendhal » notamment, Valéry a par ailleurs multiplié, sous la forme très fragmentaire qui caractérise l’essentiel de sa production, les pratiques autobiographiques. Mon travail vise non seulement à préciser les contours de ce corpus personnel, à partir d’une exploration de l’ensemble de l’œuvre, y compris dans son versant inédit, mais surtout à rendre compte de ce paradoxe en s’appuyant sur la notion d’égotisme, que l’écrivain a hérité de l’époque symboliste. Importé en français par Stendhal pour désigner l’usage exagéré de la première personne, le terme a été redéfini à la fin du xixe siècle comme un « fier et vif sentiment du Moi » (Barrès). En tenant compte de ce double aspect, il s’agit de montrer que, d’une part, Valéry a donné un tour radical à cette sensibilité égotiste, en continuité avec l’effervescence individualiste de la fin du siècle, et que, d’autre part, l’écriture de soi constitue chez lui une composante à la fois indissociable et problématique de cette affirmation du Moi. À travers ce Valéry égotiste, se dessine finalement un rapport à l’écriture de soi qui n’est pas seulement ambigu et souvent indirect, mais encore original, par la place première qui est accordée à la représentation du moi en tant que moi.

Vendredi 18 mars, 10-12h30 – Bibliothèque Jacques Doucet

« Archives du XXe siècle » du Bibliothèque Doucet avec Isabelle Diu, directrice de la BLJD (la bibliothèque Jacques Doucet ouvre du lundi au vendredi et accueille les lecteurs à partir de 14h : c’est la raison pour laquelle cette séance est organisée un vendredi matin) : cette présentation générale des fonds extrêmement riches de la Bibliothèque Doucet sera l’occasion de sonder plus particulièrement quelques cas particuliers et de mesure les ressources manuscrites et documentaires extraordinaires dont notre équipe peut disposer à quelques pas seulement de la Sorbonne.

Samedi 9 avril, 9h30-12h – Bibliothèque Georges Ascoli

Point méthodologique (1h) : La rédaction – écrire, réécrire, se relire, Violaine Vielmas, Ageliki Triantafillou et Aurélien d’Avout

Palymre de la Touane, thèse sous la direction de Didier Alexandre et Jean-Gabriel Gesnacia : « Le style de Yourcenar est-il “classique” ? Une approche au croisement de l’histoire littéraire et de l’informatique »

À partir d’une présentation de ma thèse sur la réception du style de Marguerite Yourcenar dans la presse, je reviendrai sur les questionnements pratiques et méthodologiques soulevés au cours de ma recherche doctorale. Le choix des humanités numériques littéraires pour interroger une doxa critique sur Yourcenar pose un certain nombre de questions que cette séance sera l’occasion de discuter : questions à la fois traditionnelles (comment constituer un corpus adapté à une problématique précise, surtout lorsqu’il doit être numérisé ?) et questions propres à l’usage des programmes et logiciels informatiques dans la recherche en littérature : quelle place peut-on accorder à ces outils en sciences humaines ? Permettent-ils seulement d’élaborer de nouvelles hypothèses à partir de l’exploration de vastes corpus, ou peuvent-ils aussi fournir des preuves à des hypothèses définies au préalable ? Surtout, comment des mesures quantitatives peuvent-elles nous permettre de renouveler notre approche du « style » ?

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.