n° 1 – Reconnaissances

XXI/XX Reconnaissances littéraires. 2020 — 1. Reconnaissances. Sous la direction de Florian Alix, Fabien Gris et Laure Michel

Paris, Classiques Garnier, coll. XXI/XX Reconnaissances littéraires, 2020

Sommaire & résumés des articles

Olivier Guerrier, « Avatars et vicissitudes de l’anagnôrisis (des années 1960 à aujourd’hui) »

Cet article examine le cas de l’anagnôrisis dans le domaine littéraire, en retraçant sa fortune depuis les années 1960, avec comme point d’orgue le Recognitions – A Study in Poetics de Terence Cave de 1988, puis en se demandant si des points de contact sont possibles entre elle et d’autres territoires de la « reconnaissance », notamment ceux liés aux relectures de l’Anerkennung hégélienne ou encore aux variations de Paul Ricœur dans son livre de 2004.

Mots-clés : reconnaissance, anagnôrisis, scénarios, fiction, reception, Terence Cave, Paul Ricœur.

Edgar Dubourg, « La reconnaissance intuitive de la fiction »

La reconnaissance de la fiction est définie comme le processus par lequel les humains catégorisent une fiction. Il existe des critères explicites sur lesquels se fondent les jugements portés sur les fictions, dont celui de fictionnalité distinguant entre récit factuel et récit fictionnel. L’article définit ici théoriquement le niveau intuitif de la reconnaissance de la fiction, pour envisager un éventail d’outils et de mécanismes fonctionnels déployés lors de la réception d’une fiction.

Mots-clés : fiction, cognition sociale, communication, schéma intentionnel, intuition.

Morgane Kieffer, « Le contemporain au miroir du romanesque. De la reconnaissance narrative à la reconnaissance anthropologique »

Un large panel des écritures contemporaines françaises réinvestissent le romanesque sur un mode oscillant entre réticence et embrassement, indexé sur le caractère fondamentalement intertextuel du canon romanesque. La reconnaissance éclaire le pacte de lecture qui en découle, entre déception des attentes et plaisir de la reconnaissance narrative. Celle-ci, organisée par le texte en amont, devient ensuite le terreau d’une reconnaissance anthropologique qui s’actualise en aval lors de la réception.

Mots-clés : littérature contemporaine, romanesque, clichés, empathie, réception, affects, lecteur.

Delphine Edy, « Au c[h]œur du théâtre de Wajdi Mouawad. Les voi-es-x de la reconnaissance »

Wajdi Mouawad, en représentant fort de l’anagnôrisis dans le théâtre contemporain, offre avec Incendies une tragédie familiale aux réminiscences 255antiques sous la forme d’un « polygone ». C’est au tracé de cette figure géométrique que cette étude s’intéresse en proposant un Parcours de la reconnaissance en deux étapes : la route vers une « reconnaissance comme identification » n’est qu’une étape intermédiaire avant d’atteindre l’objectif, le retour à la connaissance de soi.

Mots-clés : Wajdi Mouawad, réécriture, anagnôrisis, tragédie antique, poétique, dramaturgie, métathéâtralité, identité.

Christophe Hanna, « L’outil OVNI »

L’article examine la notion d’OVNI (« objet verbal non identifié ») théorisée par O. Cadiot et P. Alferi en 1995. Dans sa forme, son fonctionnement, l’OVNI ne ressemble à rien, se soustrait à l’identification. Il est ainsi pris dans un processus de reconnaissance paradoxale, fondé sur des rituels sociaux autres que ceux d’une reconnaissance dont l’identification est la condition première. Cette reconnaissance sans identification pourrait définir la façon dont sactive une œuvre littéraire.

Mots-clés : Cadiot, Alferi, Jenvrey, poétique, reconnaissance, identification, objet verbal non identifié.

Isabelle Daunais, « Des œuvres qui s’éloignent »

Tout au long du xxe siècle, la reconnaissance des œuvres s’est faite selon une perspective historique, par l’identification de ce qui les inscrivait au sein d’un développement à long terme. Cette perspective perd en puissance à mesure que la « contemporanéité » devient le temps essentiel de la production et de la réception. Ce changement pose de nombreux défis à la critique : comment trier et classer les productions nouvelles au sein d’un tel temps ? Et comment garder la mémoire des œuvres du passé ?

Mots-clés : critique, contemporanéité, création, histoire, mémoire, valeur, autonomie, éloignement, fin.

Olivier Gallet, « La reconnaissance vive (Roubaud reverdit d’une reverdie Reverdy) »

La lecture du dernier livre de Jacques Roubaud, Strophes reverdie (2019) écrit à partir des poèmes de Plupart du temps de Pierre Reverdy, appelle à réfléchir à la réécriture comme acte ambivalent de reconnaissance supposant aussi appropriation, voire paradoxalement réduction. Néanmoins, en prenant une dimension créative et transformatrice, cette reconnaissance active d’un passé à féconder est surtout orientée vers le présent et l’avenir, méritant d’être qualifiée de « reconnaissance vive ».

Mots-clés : réécriture, poésie, Roubaud, Reverdy, Oulipo, surréalisme.

Elsa Courant, « “Ces Jeux floraux des temps modernes.” Les premiers prix Nobel de littérature, de Sully Prudhomme à Mistral »

Cet article étudie le rôle des premiers prix Nobel dans la reconnaissance d’une légitimité auctoriale, à travers les cas de Sully Prudhomme et Mistral. La façon dont les auteurs ont réagi à cette consécration, mais aussi le traitement de leur succès dans la presse, donnent autant d’indices de la permanence comme de l’évolution de valeurs littéraires héritées du xixe siècle, par la promotion symbolique de démarches d’écriture parfois envers et contre les logiques de sacralisation nationales.

Mots-clés : reconnaissance, valeur, prix littéraire, presse, Sully Prudhomme, Frédéric Mistral, Prix Nobel.

Sylvie Ducas, « L’écrivain assigné à résidence. Quelle reconnaissance littéraire ? »

En s’appuyant sur une résidence d’écriture en milieu universitaire et des entretiens avec des écrivains en résidence en Région Île-de-France, l’article étudie la résidence comme dispositif possible de légitimation de l’écrivain, en pointant les réseaux (institutionnels, littéraires, prescriptifs) qui la fondent. Ce dispositif favorise-t-il vraiment sa reconnaissance littéraire et sa visibilité, et selon quelles modalités et limites ? Comment en reconfigure-t-il les formes d’une façon inédite ?

Mots-clés : résidence, réseaux, sociologie littéraire, condition littéraire, écrivain, visibilité, légitimation littéraire, commande.

Lydie Moudileno, « Dany Laferrière et la reconnaissance du titre »

Cet essai examine la reconnaissance de Dany Laferrière, produite selon une logique de la distinction par ses « titres », entendus dans un double sens : ceux, provocateurs, de ses romans et celui d’Académicien qui lui est décerné en 2013. À travers ce double processus de reconnaissance une même posture excentrique de l’auteur se révèle, dont cet essai interroge les limites. Notamment, le discours métalittéraire sur la célébrité révèle une angoisse auctoriale quant à l’excellence littéraire.

Mots-clés : anxiété, auctorialité, titre, célébrité, postcolonial, Laferrière, Académie française.

Florian Alix, « “Stendhal me connaît pas”. Reconnaissances littéraires et pratiques transmédiales dans le rap français » 

Le rap français fait entrer dans ses textes de nombreuses références littéraires que les rappeurs reconfigurent. La stratégie est alors de chercher reconnaissance en même temps que de construire ses propres modes d’appropriation des textes. Elle s’associe à d’autres manières de travailler les textes en vue de leur conférer une poéticité propre au genre, qui ne peut se penser qu’en relation avec d’autres formes médiatiques comme le théâtre et le cinéma.

Mots-clés : rap, intertextualité, intermédialité, poétique, contre-littérature.

Albert Thibaudet, texte présenté, établi et annoté par Christophe Pradeau, « Le roman de Montaigne. De Mauriac à Montaigne »

On peut reconnaître dans les Essais des romans en puissance. Ce sentiment de familiarité s’interprète de deux façons. Question de point de vue : le lecteur de 1930, « liseur de romans », prête attention aux pages où se retrouve le « climat du roman ». Question de situation historique : si Montaigne ne voyait dans le roman de son temps que « fatras », l’avènement du « roman de la destinée » porte le genre à un point de maturité qui en fait le lieu d’exploration privilégié de l’humaine condition.

Mots-clés : roman, possible, reconnaissance, genre, existence, destinée, Montaigne, Thibaudet.

Hugues Jallon, « Revenir au terrier. Pour une littérature extrême »

Un spectre hante la littérature contemporaine : le monde. Dans son souci d’acter une rupture avec les errements « formalistes » des avant-gardes du siècle précédent, un nouveau parti pris littéraire plaide pour une réconciliation avec le monde. Contre une telle tendance, cette contribution veut redonner à l’intention littéraire sa part d’agressivité et dessiner une position tout à la fois lucide et combative.

Mots-clés : avant-gardes, monde, Franz Kafka, engagement, contemporain, combat, extrême, terrier.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.