n° 2 – L’invention technologique en littérature, d’aujourd’hui à hier

« Siècle de la vitesse », ironisait Bardamu au début de Voyage au bout de la nuit. L’élan s’est poursuivi, les moyens de communication ne cessant de se développer au long du XXe siècle, pour culminer avec la révolution numérique qui configure très fortement nos vies et nos imaginaires au XXIe. Ces bouleversements ont-ils été immédiatement perçus, représentés, pensés par les écrivains ? En quoi ont-ils affecté les conditions d’écriture, ou même la poétique, de la littérature depuis plus d’un siècle ? Ce numéro de XXI/XX – Reconnaissances littéraires se propose d’interroger les différents rapports à l’imaginaire technologique tel qu’on peut le percevoir à partir des études littéraires. 

Pour cela, il ouvre deux perspectives complémentaires. D’abord, un panorama des interactions concrètes entre modalités technologiques et pratiques d’écriture, en faisant place à des travaux sur des formes contemporaines, en termes de supports et donc de formes, de styles. Outre l’impact du numérique, dont les potentialités continuent de se déployer, il serait sans doute également pertinent de revenir sur les rapports d’interfécondité de la littérature et des autres médias : incidence des techniques d’enregistrement du son sur la poésie sonore, relations de la littérature à la radio, puis à l’audiovisuel depuis l’avènement du support vidéo, continuums transmédiatiques, écriture des récits et dialogues dans le jeu vidéo. Si on a pu parler d’une écriture cinématographique, peut-on trouver une écriture vidéo-ludique, par exemple dans Atlantis, les fils du rayon d’or de Pierre Bordages ou dans Congo Inc. d’In Koli Jean Bofane ? Dans quelle mesure la vidéo, d’une technique employée par les mises en scène de théâtre, finit-elle par être intégrée par les écritures dramaturgiques ? Quels sont les effets de l’enregistrement sur Youtube des performances littéraires ? Quelle utilisation des réseaux sociaux dans les littératures contemporaines ?

Ensuite, ce pan prendrait tout son sens, à l’échelle de l’ensemble des articles, s’il trouve reflet dans des travaux interrogeant la représentation de la technologie dans les textes, et son évolution. La science-fiction du début du siècle imagine-t-elle des transformations dans les mêmes domaines qu’aujourd’hui ? Dans quelle mesure l’intérêt des premières avant-gardes pour le cinéma et la photographie a-t-il marqué leur inventivité formelle autant que leur imaginaire ? Des paysages industriels chantés dans « Zone » d’Apollinaire aux usines des textes de François Bon, quel rapport à la technologie se dessine-t-il ? Des écrits de Saint-Exupéry aux représentations contemporaines des voyages en avion, qu’est-ce qui se creuse ? Comment situer l’humanisme dont ont pu se réclamer, sur des registres très différents, des écrivains comme Gide, Sartre ou Malraux, par rapport aux courants actuels du posthumanisme, tels qu’ils peuvent être explorés, sur le plan conceptuel par Donna J. Haraway ou Michel Serres et sur le plan de la fiction par exemple dans L’Invention des corps de Pierre Ducrouzet, ou encore chez Michel Houellebecq et Aurélien Bellanger ?

Dans tous les cas, on privilégiera le creusement temporel. Sur le plan thématique ou formel, il s’agit de réfléchir d’abord à l’interaction des technologies contemporaines avec la littérature en nous penchant sur l’histoire de cette relation. Comment la littérature a-t-elle pu évoluer en fonction de la technologie, dans sa création, sa diffusion, mais aussi dans les représentations qu’elle véhicule, dans la manière dont elle organise ou dérange notre rapport au monde ?

Sommaire

Corinne Grenouillet, « Les machines ouvrières dans la littérature française des XXe et XXIe siècles »

Comment la littérature des XXe et XXIe siècles a-t-elle rendu ­compte de l’évolution technologique des machines usinières? Telle est la question à laquelle cet article répond, en se rapportant à une vingtaine de romans, témoignages ou narrations documentaires. La question de la dureté des conditions de travail supplante la réflexion sur ­l’innovation technologique, hormis dans l’œuvre de François Bon. Plusieurs raisons sont proposées pour ­comprendre
cette relative absence.


Mots-clés : usine, François Bon, ouvrier, travail, machine, narration docu-
mentaire, témoignage.

Joël Loehr, « Locomotion autonome et figures de femmes
mises en selle au “siècle de la vitesse” »

À ­l’orée du « siècle de la vitesse », le perfectionnement technologique des moyens de locomotion autonome marque un tournant. ­C’est une ère nouvelle qui ­s’ouvre, non seulement dans ­l’histoire de la civilisation, mais aussi pour les régimes narratifs de ­l’univers du roman, qui tend alors à se recentrer sur des destinées individuelles. Celles de figures de femmes, dont ­l’émancipation fut liée à ­l’usage romanesque ­d’engins montés sur roues, retiennent plus particulièrement l’attention.


Mots-clés : femmes, locomotion, bolides, libido, émancipation, itinérance,
chronotopes.

Simon Bréan, « Incarner le lien à la technologie. Dynamiques du personnage dans les romans ­conjecturaux français »

À partir de l ­ ’étude de la dynamique des personnages dans les romans conjecturaux français, cet article interroge le rapport à la technologie en France au XXe siècle, en analysant les évolutions du recours à ­l’effet-prétexte, en particulier la tension entre un fantasme de puissance et un fantasme de souffrance. Ces textes reflètent l’intertexte littéraire et scientifique de leur époque (le macro-texte de science-fiction), pour permettre de saisir les enjeux des innovations technologiques.


Mots-clés : roman français, XXe siècle, anticipation, science-fiction, innovation technologique, macro-texte.

Laurence Dahan-Gaida, « Galatea 2.2. La littérature à ­l’épreuve de l’intelligence artificielle »

Richard Powers propose avec Galatea 2.2. une refonte du mythe de Pygmalion et Galatée à ­l’aune de ­l’intelligence artificielle. Le roman interroge cependant moins la capacité des machines à « penser » qu’à explorer le rapport toujours problématique entre nature et artifice. À l’ère des réseaux de neurones artificiels, la question n’est plus en effet celle des rapports entre le réel et la copie mais celle de la simulation qui informe l‘écriture du roman.


Mots-clés : Richard Powers, intelligence artificielle, sciences cognitives, simulation, Galatée.

Maxime Morin, « La boîte magique et les ondes électromagnétiques. Imaginaires et écritures technocritiques de la radio chez Georges Bernanos et Baudouin de Bodinat »

Cet article propose ­d’étudier les imaginaires technocritiques de la radio chez Georges Bernanos et Baudouin de Bodinat. Il ­s’agira, tout ­d’abord, de considérer la radio dans les œuvres de ces deux auteurs, ­comme un phénomène permettant de penser la naissance et ­l’évolution du dispositif technique et de la ­culture de masse. Il ­s’agira, ensuite, de ­considérer la radio à ­l’œuvre chez eux, et de questionner l’influence de l’appareil sur leurs écritures respectives.


Mots-clés : radio, technique, technocritique, pamphlet, polémique, Bernanos, Bodinat.

Thomas Carrier-Lafleur, « Le dialogue des machines. Ambivalences technologiques et techniques littéraires dans Sérotonine de Michel Houellebecq »

Avec ­comme prémisse la pensée simondonienne des objets techniques, cet article étudie le rapport dialogique qu’instaure Michel Houellebecq, dans Sérotonine, entre ­l’univers des innovations technologiques et celui de la création littéraire. Contrairement à une doxa qui fait de Houellebecq un simple chantre de la modernité, nous tenterons de souligner la profonde ambivalence avec laquelle son roman décrit les objets techniques de notre époque, vecteurs d’une inatteignable recherche du bonheur.


Mots-clés : innovations technologiques, techniques littéraires, objets techniques, philosophie de la technique, archéologie des médias, ontologie de la machine, poétique romanesque.

Ninon Chavoz, « Les “miroirs noirs”. Transparence et secret des écrans
dans la fiction francophone africaine contemporaine »

L’article examine le rôle des écrans dans Le Moabi cinéma du Camerounais Blick Bassy (2016) et De purs hommes du Sénégalais Mohamed Mbougar Sarr (2018). Consacrés pour le premier à la thématique récurrente de l’immigration, pour le second au sujet sensible de l’homosexualité en Afrique, ces récits font

des écrans les « miroirs » des paradoxes des sociétés subsahariennes, tout en s’inscrivant pleinement dans la continuité de la littérature francophone africaine des décennies antérieures.


Mots-clés : écran, littérature francophone, Afrique, histoire littéraire, immigration, homosexualité.

Clément Sigalas, « Deux romans du réseau. La Théorie de ­l’information et L­’Invention des corps »

À partir de deux romans ­contemporains mettant en scène le « grand récit » ­d’Internet, La Théorie de l’information d’Aurélien Bellanger (2012), et L’Invention des corps de Pierre Ducrozet (2017), cet article se demande ­comment la fiction rend compte des nouvelles technologies numériques (en l’occurrence, de la structure en réseau caractérisant Internet), et, en retour, comment ces nouvelles technologies donnent forme à la fiction.


Mots-clés : humanités numériques, littérature et technologie, littérature et sciences, Aurélien Bellanger, Pierre Ducrozet, réseau, Internet, roman contemporain.

Céline Pardo, « Écrire pour la radio, passer par la voix. Franck Venaille ou l­’art de la métamorphose radiophonique »

Producteur à France Culture entre 1976 et 2001, Franck Venaille, tout en continuant à publier des livres, utilisa la radio ­comme un moyen de déployer son écriture hors de ­l’institution littéraire. Celle-ci lui offrit un extraordinaire espace de liberté et d ­ ’invention ; elle lui permit aussi de renouveler sa réflexion sur les rapports de ­l’artiste au « réel », devenant même peu à peu, par les jeux de la voix, une scène sonore présentant aux auditeurs, par fragments, son propre drame intérieur.


Mots-clés : Franck Venaille, littérature et radio, France Culture, nouveau réalisme, autofiction, voix, poésie

Gaëlle Théval, « Poésie et bidouille. (Més-)usages technologiques dans les poésies expérimentales »

User de la machine en poésie, c’est travailler avec et contre la technologie : les postures des expérimentaux font entendre un regard critique loin des élans futuristes sur la société technologico-médiatique. Si le recours aux technologies nouvelles, du magnétophone à ­l’ordinateur, ­comme outils d’écriture a été ­commenté, leurs usages et mésusages restent, semble-t-il, à interroger plus avant dans leurs implications esthétiques, poétiques et politiques.


Mots-clés : technologies, poésie sonore, poésie visuelle, photocopie, offset, magnétophone, dictaphone, Bernard Heidsieck, Henri Chopin, Julien Blaine, Charles Pennequin.

Gaëlle Debeaux, « L’hypertexte de fiction, trente ans après. Œuvre du passé, œuvre dépassée ? »

L’hyperfiction, incarnation précoce de ­l’interaction littérature / technologies numériques, a été perçue par ses premiers théoriciens comme la forme à venir du roman contemporain ; pourtant le genre s’épuise dès le début des
années 2000. Par les ambitions ­qu’on y projette mais aussi par son (relatif) échec, celui-ci permet de penser la bascule du postmodernisme au ­contemporain. Cet article explore les raisons de cette bulle de ­l’hyperfiction et propose des pistes pour en renouveler ­l’approche.


Mots-clés : hyperfiction, hypertexte, Luminous Airplanes, survivance, narrativité, littérature numérique.

Servanne Monjour, Nicolas Sauret, « Pour une gittérature. L’autorité à ­l’épreuve du hack »

Cet article introduit un nouvel objet de la littérature numérique : la gittérature, issue de ­l’hybridation entre le protocole informatique Git et les pratiques d’écriture littéraires en ligne. En s’appuyant sur le travail de la maison d’édition Abrüpt, notamment de sa ZAP Rimbaud, notre essai de définition questionne les mutations de ­l’auctorialité sous ­l’effet ­d’une philosophie ­d’écriture empruntée à la culture informatique, et analyse les principes d ­ ’un courant cyberpoétique émergent.


Mots-clés : littératie, littérarité, autorité, écriture collective, gittérature, protocole, hack, cyberpoétique, Rimbaud.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.